La récupération d’âme

La récupération d’âme,

Le thème de la perte et de la récupération d’âme se retrouve dans toutes les traditions chamaniques que peut compter notre monde. Le mot « âme » contient une part de mystère que les traditions chamaniques puis religieuses ont cherché à cerner et à comprendre. Pour la plupart l’âme est la partie immortelle qui règne au-delà de l’enveloppe corporelle qui redevient poussière après la mort.

L’étymologie du mot «âme » retrouve la notion de respiration, de mouvement, définition même du principe vital.

« Perte d’âme » ne veut pas dire que c’est toute l’âme du sujet qui disparaît lors d’un traumatisme par exemple. Je préfère utiliser l’image de la boule à facettes disco. Lorsqu’elle a toutes ses facettes, la boule disco brille de mille feux. Les pertes d’âmes entraînent des arrachements de certaines facettes brillantes de l’Être, qui au fur et à mesure de la vie et des traumatismes répétés peut devenir terne et perdre sa fonction d’éclat. Par chance nous possédons une âme riche de très nombreuses facettes et gorgée d’énergie vitale.

Les pertes d’âme se produisent lors de traumatismes que la vie ne manque pas de mettre sur le chemin d’incarnation. Ces traumatismes se retrouvent dès la vie intra utérine (souffrances de la mère, perte gémellaire), à la naissance, puis tout au long de la vie. La peur de mourir entraîne quasi systématiquement une perte d’âme. Cela peut se produire lors d’accidents, de violences, de processus maladifs. L’intégrité physique, émotionnelle et spirituelle du sujet se trouve débordé, c’est une part de lui qui reste comme gelée dans cette tranche de vie de son passé. Nous retrouvons des pertes d’âme lors d’abus sexuelles, d’interruption volontaire de grossesse ou lors d’anesthésie. Un simple déménagement subit lors de la petite enfance, mais aussi la toxicomanie et les conduites addictives blessent également profondément l’âme. Les séparations brutales et non choisis lors d’un divorce, ou lors de la perte d’un être aimé, plonge l’individu dans un deuil bien légitime, qui pourra se solder par une perte d’âme lorsque le « rebond » ne se produit pas.

Ce choix du mot « rebond » n’est pas anodin, car le rebond reflète la capacité vitale qu’a le sujet pour repartir renforcé et nourri de la sagesse de l’épreuve traversée. C’est l’âme elle-même qui permet au sujet de renaître de ses cendres après l’anéantissement.

Les psychothérapies modernes accompagnent parfaitement la traversée des différents stades du deuil, nécessaires à la reconstruction de la psyché après une épreuve difficile. Hélas dans certains cas la personne traumatisée peut glisser doucement vers une dépression chronique très difficile à dépasser tant et si bien que malgré un intense travail sur elle, la personne peut rester coincer dans un état lymphatique qui l’empêche de reprendre un chemin de vie créatif.

D’autres symptômes peuvent évoquer une ou des pertes d’âme ; le manque d’estime de soi, l’impression de ne pas réussir à s’en sortir, le renoncement facile, des peurs variées, des phobies. Certains sujets se coupent de leurs émotions et de leur corps, pendant que certains n’arrivent plus à entrer en contact avec leurs désirs. Certains sujets ressentent un profond vide intérieur que rien ne semble pouvoir combler, ils pourront plus facilement s’installer dans des schémas de dépendances, (affective, alcool, jeux, sexe, drogue), souffrir de compulsivités.

Certaines personnes souffrent d’amnésies complètes sur tout une période de leur vie (par exemple 5/7 ans), là aussi la perte d’âme est à considérer plus précisément.

Nous avons pour usage de dire que le travail de récupération d’âme réinsuffle la partie spirituelle du sujet, qu’il a perdu dans cet autre espace-temps lié à son passé. C’est cette énergie spirituelle qui revient dans le présent et qui dynamise peu à peu le chemin de vie et d’évolution du sujet. Cette essence vitale potentialise les dons et le génie de l’individu. Il peut ainsi redevenir celui qu’il est dans cette incarnation, et non pas rester l’ombre de lui-même.

Ce processus de récupération d’âme peut être réalisé par soi-même et pour soi, après un enseignement de deux jours. Il peut être également réalisé par un autre individu, c’est l’une des fonctions du chamane.

Pour ma part j’enseigne ces deux approches, car elles offrent à la plupart des stagiaires la reconnexion avec leurs mondes spirituelles, et leur capacités à œuvrer dans l’invisible, pour le meilleur de leur destiné d’âme.

Quelques mois après un processus de récupération d’âme, la plupart décrivent une plus grande capacité à se sentir et à tenir sa place, une capacité d’affirmation plus grande, des décisions importantes ont pu se prendre alors que certaines situations trainaient dans le temps. Pour d’autres c’est leur capacité à s’engager avec confiance qui ressort, il y a moins de peur, plus d’audace, plus de créativité.

Tout l’Être peut choisir de vivre et plus seulement de survivre.

Florent DECHOZ anime régulièrement un stage d’alignement et de réintégration de l’Âme: Voir les dates, ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s